cl__de_sol_gif

Tango-argentin

 

Cette séquence est une reprise d'une séquence entamée en dernière partie d'année qui n'avait pas été entièrement terminée (les années me semblent de plus en plus écourtées d'ailleurs, bizarre).
Notre 3ème séquence porte sur le Tango, la question transversale choisie est Musique et métissages, avec pour objectif de découvrir Le tango d’hier et d’aujourd’hui dans ses diverses apparitions et utilisations. Nous aborderons cette séquence sous les domaines du Temps et du rythme, du Successif et du simultané (principalement les modes majeur et mineur).

Le tango est à la fois une danse de salon née en Argentine à la fin du XIXème siècle et un genre de musique à part entière qui comprend, outre le tango lui-même, les milongas et les valses. Si la mesure est binaire, le plus souvent à 2 ou 4 temps, le rythme, lui, prend diverses formes.
Nous en verrons trois : le rythme de Tresillo, celui de la Habanera, et celui de la Rumba. Selon les tangos écoutés, nous nous efforcerons de reconnaître ces différentes formules rythmiques qui forment la base de l'accompagnement.
L'intérêt de cette danse est aussi dans la part qui est réservée à l'improvisation, tant au point de vue de la musique que de la danse, et le rapprochement qui peut être fait avec le Jazz.
Le terme tango pourrait venir de la langue africaine et signifier tambour, la communauté noire issue de l'esclavage étant fortement représentée en Argentine aux côtés des immigrants européens (particulièrement les espagnols). Le métissage de ces cultures a donné naissance au tango sous toutes ses formes.
Cette danse, au départ considérée comme immorale (du fait des mouvements suggestifs des danseurs) attirait fortement les jeunes de la ville de Buenos Aires qui la diffusèrent lors de leurs voyages en Europe (à Paris). Finalement le succès obtenu retourna à son lieu d'origine, gagnant les salons de la bourgeoisie argentine.

Cette fois, dès le début de la séquence, je distribue aux élèves le programme qui va être vu, et la fiche auto-évaluation qui les suit tout au long de la séquence, à travers laquelle ils puissent se repérer : Tango_fiche_general ; Evaluation_4e_seq_III

sanseverinoPratique : Nous allons chanter "Le Tango des gens" de Sanseverino.
C'est une chanson qui a la particularité d'être énoncée dans un tempo très rapide, sur un ambitus réduit (tout au plus une quinte, plusieurs mots devant être prononcés sur une note puis une autre), elle subit des variations rythmiques (sextolets puis triolets et syncopes) et repose sur un accompagnement syncopé avec des appuis réguliers, entrecoupés de silences qui relancent sans cesse la dynamique.
Les paroles sont très engagées (et parfois même un peu grossières). Deux solos de bandonéons viennent apporter une respiration, l'orgue Hammond et les guitares électriques et folk offrent des contrechants dynamiques. La fin de la chanson, très surprenante, fait entendre une petite valse mélancolique avec sifflements et vibraphone qui rappellent l'univers du cirque, ou d'une sorte de guinguette tristounette.
On se situe ici à la limite entre le Jazz Manouche et le Tango. Si au début les élèves sont perplexes, le challenge des difficultés de prononciation et d'articulation les séduisent rapidement, et puis ce côté subversif que j'aime bien chez ce fabuleux artiste, ce qui peut le rapprocher de Gainsbourg. Nous avons repéré sur le texte les appuis et respirations et chaque élève s'est vu confier une phrase, pour effectuer un relais et apprendre à partir au bon moment pour continuer. Nous nous entraînerons aussi à accompagner rythmiquement la chanson avec les différentes formules.


Les paroles : Le_tango_des_gens_Sanseverino

haut_parleur_gif

astor_piazzollaNotre première écoute : Libertango d'Astor Piazzolla, (compositeur argentin, 1921-1992). Astor Piazzolla est incontournable dans l'histoire du tango, dans la mesure où il a fait du tango instrumental un genre à part entière, et l'a rénové en le métissant avec à la fois la musique savante (il étudia en France la composition avec Nadia Boulanger) et le Jazz. Comme on peut le voir sur cette photo, il est également un bandonéoniste de talent.
Le Libertango a été composé en 1973, il est dans l'album The Golden Collection 1974-1984. L'orchestre comprend un bandonéon, un piano, des cordes, une batterie et une guitare électrique (l'ensemble se nomme Conjunto electronico dans lequel figurent aussi un orgue Hammond et une flûte).
La pièce est dans le mode mineur, le rythme employé est le Tresillo (3-3-2), deux thèmes de caractère différent se succèdent, la structure étant en forme d'arche (ABA'). Un ostinato rythmique énergique soutient le thème A, qui va passer du piano aux cordes puis au bandonéon, le thème de même d'abord énoncé au bandonéon, sera repris par les violons, etc. Des contrechants, au 2ème plan, soutiennent discrètement et efficacement le thème sans prendre le pas sur l'accompagnement. Un solo termine l'oeuvre, bon exemple du côté laissé à l'improvisation dans le déroulement de cette grille.
Dans cette video, Yo yo ma, (violoncelliste américain d'origine chinoise né en 1955 à Paris) donne la réplique à Piazzolla. Ces deux-là ne pouvaient que s'entendre, il faut dire que Piazzolla est d'origine italienne et sa famille a émigné aux Etats-Unis dans ses premières années.

Tout bon standard subit des reprises par divers artistes. En voici quelques-unes  :
1) Celle de Bond dans le style électro sur l'album Shine (2003); 2) la version originale de Piazzolla avec son Conjunto Electronico; 3) la cover version Dance Pop I've seen that face before de Grace Jones en 1981 avec paroles en anglais et en français.

 

CARLOS GARDELNous comparerons cette oeuvre avec une chanson de Carlos Gardel (1890-1935), dont le mystérieux lieu de naissance se situerait entre la France et l'Uruguay et qui a grandi en Argentine. Il est le plus célèbre des chanteurs de tangos : La chanson est "Mis Flores Negra" datée de 1922. Les différences principales avec l'oeuvre de Piazzolla résident dans la mesure à 3 temps, le rythme de Pasillo (un dérivé de la valse autrichienne et de la Danza créole de la région andine), et la forme strophique, plus adaptée à une chanson.

Les documents : Fiche_prof_1_Libertango_Piazzolla ; Fiche_eleve_1_Libertango_Piazzolla ;
Extrait de la partition et tablature : partition libertangolibertango tablature

kurt_weill_01Deuxième écoute : Youkali de Kurt Weill, compositeur allemand émigré aux Etats-Unis pendant la 2nde Guerre mondiale (1900-1950), une chanson en forme de Tango-Habanera extraite de la pièce de théâtre musical en 2 actes intitulée Marie Galante, composée en 1934 sur un texte de Jacques Deval. Les paroles ont été rajoutées en 1946 par Roger Fernay.
L'intrigue : Marie, Le personnage principal, est enlevée en France et conduite en Amérique latine. Voulant se libérer de son capitaine elle tente de s’enfuir avec l’aide d’un espion japonais qui lui promet de l’argent contre une mission d’espionnage, dans laquelle elle meurt.
Après avoir analysé les éléments musicaux de la chanson, les élèves réinvestiront le vocabulaire appris et les remarques partagées dans un résumé comparatif de ces deux oeuvres (Weill - Piazzolla).
Parmi les très nombreuses versions, j'ai choisi celle de Meav (prononcer Mayv) Ni Mhaolchatha (prononcer Wailkaha) (dans l'album Silver Sea de 2003). Sa voix et son interprétation m'ont beaucoup touchée. C'est une chanteuse Irlandaise dont le répertoire oscille entre le chant traditionnel irlandais et les oeuvres savantes avec une touche de New Age. Elle a aussi été membre du choeur de chambre irlandais Anùna. Elle a aussi tourné avec la troupe du spectacle Lord of the Dance;

La version d'Ute Lempe, tout aussi intimiste, est intéressante à écouter pour son caractère plus expressionniste, au tempo plus libre, les variations émouvantes du timbre de la voix, typiques du style Cabaret JazzStil de Weill.

Les documents : Fiche_prof_2_Weill; Fiche_eleve_2_Weill

bizet_georgesNous comparerons cette oeuvre avec l'air "L'amour est un oiseau rebelle" extrait de l'opéra "Carmen" de Georges Bizet, compositeur français (1838-1875). L'oeuvre est datée de 1875. C'est un drame en 4 actes composé d'après l'oeuvre de Prosper Mérimée (auteur français, 1803-1870). Nous pouvons trouver plusieurs points de comparaison. La monodie accompagnée (cependant ici ponctuée par les interventions du choeur mixte), la rythmique de Habanera, les contrastes de caractère et la forme Rondeau.
Par contre, le chant lyrique s'oppose au théâtre musical, ainsi que la présence de l'orchestre symphonique, et enfin il y a des différences dans l'usage des modes majeur et mineur et le caractère hispanisant, beaucoup plus marqué chez Bizet. La version d'Angela Gheorghiu, accompagnée par le choeur 'Les éléments", l'Orchestre National du capitole de Toulouse, sous la direction de Michel Plasson en 2003.

Dans les oeuvres périphériques, je propose le film Tango de Carlos Saura, réalisateur espagnol né en 1932, pour la magnifique interprétation du Trio de Tango (un homme et deux femmes) avec la musique de Lalo Schifrin, compositeur argentin également né en 1932. Cette fois le tango est dansé sur le rythme de Tresillo, on va y retrouver l'alternance majeur/mineur et les deux thèmes sur un ostinato mélodico-rythmique.


Magnifique, non?

Et puis nous terminerons par Cristina Branco, chanteuse portugaise qui a sorti récemment (en Avril 2011) un album nommé Fado,Tango dans lequel j'ai repéré une très jolie chanson : A Laurindinha. La voici :

enfin voici une revisitation du tango par le célèbre groupe Gotan Project avec Santa Maria (sur l'album La revancha del tango de 2001)

Les documents (Ecoutes périphériques)
Fiche_3_prof_comparaisons ; Fiche_3_eleve_comparaisons;

Un petit test d'écoute permettra aux élèves de réécouter les oeuvres, de retrouver le mode dans lequel elles sont composées, le rythme de tango utilisé, et de restituer ce qu'ils en ont retenu.

La fiche synthèse : 4e_synthese_seq_III ;
La fiche auto-évaluation : Evaluation_4e_seq_III
Socle commun : Evaluation des piliers I (maîtrise de la langue)
et VI (compétence sociale et civique).