TEMPO: Le "tempo" ou "mouvement", c'est-à-dire la vitesse moyenne d'exécution d'une oeuvre musicale, n'est pas évaluable comme la durée des notes. En musique, le temps est un paramètre variable, lié à l'importance et à la qualité des exécutants, au tempérament du chef, aux caractéristiques de la salle, aux réactions du public, etc...Un même tempo pourra sembler trop vite ou trop lent selon l'interprète et les conditions de l'audition; aussi est-il difficile d'affirmer que celui-ci ou celui-là a pris "le mouvement juste". "Chacun décide lui-même, selon le texte et l'harmonie, s'il convient de jouer lent ou vite" (Praetorius, 1700 environ). La plupart des compositeurs hésitaient autrefois à imposer un mouvement rigoureux aux interprètes. La référence était basée sur le pouls humain. En 1806, c'est l'invention du métronome, par un mécanicien autrichien, Maelzel qui enthousiasma Beethoven, bien qu'il doutât de son efficacité à 100%. Pour le 1er mouvement de la neuvième symphonie, il note d'abord "108 oder 120 Maelzel", tempo d'enfer, incompatible avec l'indication "Allegro ma non troppo un poco maestoso". Plus tard, il optera pour 88, ce qui correspond à un mouvement plus rapide que celui de beaucoup de chefs d'orchestre. Cette incertitude est fréquente et cela est particulièrement le cas lorsqu'un compositeur interprète ses propres oeuvres...

Les termes Italiens, apparus vers 1600, éclairent utilement l'interprète sur les intentions du compositeur. Mais ils concernent le caractère général du mouvement et ne peuvent constituer une indication de tempo. La bonne compréhension de ce vocabulaire est indispensable au compositeur comme à l'interprète. ADAGIO = "doucement", "à l'aise" - ALLEGRO = gai, joyeux - ANDANTE = "allant" - PIU ANDANTE = "plus allant, plus vite" - ASSAI = beaucoup, très - MAESTOSO = "majestueux" - MOSSO = "mouvementé", "ému" - RUBATO = "volé" (durée escamotée, fluctuations expressives du tempo), etc...

En classe je me borne à faire repérer le tempo lent, modéré ou rapide, voire très lent ou très rapide. Il participe au caractère d'une pièce musicale. En tant qu'instrumentiste, je recherche la partie la plus rapide et fais en sorte que cela soit "écoutable" pour ne pas escamoter le phrasé, à moins que ce ne soit une pièce de virtuosité. Je sais ainsi à peu près à quel tempo je dois jouer. L'expérience m'a appris qu'il vaut mieux "penser" lentement un tempo rapide, surtout s'il y a une ornementation riche, un jeu précipité et brouillon ne présentant aucun intérêt pour l'auditeur.

TESSITURE: Dérivé de l'italien "tessitura" (tissage, trame), ce terme désigne le fragment de l'échelle sonore qui convient le mieux à une voix déterminée ou, par extension, le registre moyen d'une composition musicale par rapport à l'étendue d'une voix ou d'un instrument (tessiture grave, moyenne, aiguë). A ne pas confondre avec l'étendue totale ou intervalle des notes extrêmes.

TOCCATA: Composition instrumentale, généralement brillante, dont l'origine est inconnue et la forme incertaine. Le nom est dérivé de l'italien "toccare". (Rappelons que la Cantate est une pièce à chanter, la Sonate une pièce à "sonner"). La Toccata serait donc une pièce à "toucher", destinée à mettre en valeur l'habileté de l'exécutant. Dès le XVIe siècle, la Toccata est généralement réservée aux instruments à clavier. Les premiers grands compositeurs de Toccatas sont Gabrieli et Merulo, puis Frescobaldi et Sweelinck: compositions généralement homorythmiques, prétextes fréquents à des courses rapides en notes égales d'un bout à l'autre du clavier. Scarlatti, puis surtout J.S.Bach ont perfectionné la formule et certaines Toccatas de Bach sont des compositions élaborées où se trouvent juxtaposés des morceaux de styles différents. La virtuosité y est toujours de rigueur et sera jusquà nos jours la caractéristique principale des oeuvres brillantes pour le piano que l'on baptise "Toccata".


Bach - Toccata et fugue BWV 565   oeuvre grandiose et extrêmement élaborée (ça déchire... on voit bien tout ce qu'il fait, les différents jeux sur les différents claviers, le pédalier, très bien filmé)


Sviatoslav Richter - Schumann - Toccata 

celle de Prokofiev en ré mineur, op.11 (une tuerie...superbe prestation. On  a demandé au compositeur comment cette pièce devait être jouée, il aurait répondu "c'est comme si vous portiez une centaine d'assiettes chinoises, et que vous les cassiez toutes!" hum hum.