bon, spéciale dédicace à free...

SONATE: tout d'abord évitons de confondre le terme Sonate (genre de composition en plusieurs "mouvements") et Forme-Sonate (forme classique incluse dans la structure interne d'une pièce). Cette Forme-sonate peut donc s'inclure dans la Sonate, la Symphonie, le Concerto, les duos, trios, quatuors (musique de chambre), l'Ouverture.  Par contre toutes les  Sonates ne contiennent pas un mouvement en Forme-Sonate...

A l'origine, la Sonate est une pièce "sonnée" (jouée sur des instruments, par opposition à "chantée", pour la Cantate par exemple). Au XVIème siècle les "canzoni da sonar" ne sont que des adaptations instrumentales de la polyphonie vocale. En 1615 Gabrieli pubie des "Canzoni e sonate a 3, 5, 6, 7...22 voci": per sonar con ogni sorte de instrumenti" (qui peuvent être jouées par toutes sortes d'instruments) dont certaines préfigurent déjà la Sonate et la Symphonie. A la même époque, les danses à la mode, transcrites pour luth ou divers instruments, sont groupées dans un ordre déterminé pour former les Suites. Leur succès leur permit de s'appliquer à toutes les formes de la musique instrumentale, ce qui fait qu'au XVIIème siècle Sonate et Suite se ressemblent parfois beaucoup.

Cependant, on commence à composer des pièces instrumentales plus développées que les danses traditionnelles, partagées en 3 sections au lieu de 2, la 3ème étant la réexposition du sujet unique (forme monothématique). Ces morceaux ne portent plus le nom de danses, mais des noms italiens indiquant leur Tempo (vitesse d'exécution) ou un caractère expressif: allegro, presto, giocoso). L'écriture instrumentale se fait plus brillante, mettant en valeur l'instrument soliste par rapport à l'accompagnement. A la fin du XVIIème siècle la Sonate se démarque de la Suite et se définit par: une composition instrumentale en plusieurs mouvements, de nombre et de forme variables, qui sont de coupe ternaire (en 3 parties) à une ou plusieurs parties réelles (ou "obligées"), c'est-à-dire écrites et non improvisées. L'instrument qui joue la basse continue n'est pas compté dans l'effectif. ("Sonate à trois" est écrit pour 2 parties solistes, la basse, et le continuo au clavecin ou à l'orgue).  Au XVIIIème siècle, l'instrument à clavier sera écrit en toutes notes et ne sera donc plus improvisé sur une basse continue.

Les premiers grands exemples de Sonates normalement construites sont celles de Purcell (recueils de 1683 et 1697) et dans la série de l'opus 5 de Corelli. Il est le chef d'une école de grands violonistes italiens qui vont monopoliser la Sonate pendant un demi-siècle. (Tartini, Vivaldi, Geminiani, Locatelli) mais aussi Leclerc (france). Ces musiciens ont emprunté à la Sonata da chiesa (sonate d'église) la division en 4 mouvements: 1) introduction lente (grave, largo, ouverture) 2) Allegro (style imitation, cf canzone) 3) Adagio (autre tonalité, rythme à 3/2) 4) Allegro ou Vivace, dans un rythme de danse (gigue surtout). Mais quelquefois on trouve un 5e mouvement (Corelli, op.5) entre le 2e et le 3e, morceau de virtuosité  Vivace dans le style d'un mouvement perpétuel. D'autres n'ont que 3 mouvements (vi-lent-vif chez Locatelli. Dans la Sonate pour clavecin, le premier mouvement disparaît, le clavecin ne se prête pas au caractère solennel. La vogue des instruments à clavier va détrôner le violon, qui sera réintroduit plus tard dans la sonate comme accompagnateur du clavecin (premières sonates de Mozart).

Le pionnier des Sonates pour clavecin est Johann Kuhnau ("Sonates Bibliques" de 1700). Les sonates s'inspirent de genres variés, mais n'appartiennent véritablement à aucun. Elles sont pour la plupart de coupe binaire (comme dans la Suite), mais sont plus riches harmoniquement que celle-ci, avec plus de fantaisie dans l'écriture instrumentale, ainsi que l'utilisation libre de 2 thèmes.

La Forme-sonate à 2 thèmes n'a été adoptée définitivement qu'en 1760. Scarlatti avait déjà introduit un 2nd thème vers 1735, et dans la première moitié du XVIIIème, Telemann, Leclair, Stamitz et C.P.E Bach ont inauguré à peu près en même temps la forme bi-thématique classique.  C.P.E Bach contribuera beaucoup à rendre la forme populaire (lyrisme, clarté des développements). Au même moment le terme Sonate se limiteaux compositions pour 1 ou 2 instruments avec Haydn et Mozart. Les sonates pour plusieurs instruments (trios, quatuors, etc) et les symphonies (sonates pour orchestre) sont en 4 mouvements, avec le Menuet qui s'intercale entre le 2e et le 3e.  Le Concerto par contre conserve les 3 mouvements.

Plan de la sonate classique: 1er mouvement: rapide ou modéré, en forme sonate très développée. C'est la pièce maîtresse de l'ensemble, parfois précédée d'une introduction lente.  2ème mouvement: Lent, expressif, en forme ternaire à  un thème (forme-lied) ou en forme-sonate ou en forme de thème et variations. 3ème mouvement: Menuet ou Scherzo, avec trio et reprise du menuet. Assez court, plutôt gai, il est faculatif. 4ème mouvement: Finale brillant de mouvement vif en forme de Rondeau (couplets refrain) ou de sonate, ou en combinaison des deux. Les premiers, troisième et quatrième mouvements sont en général dans la même tonalité, le mouvement lent dans une tonalité voisine.

Bien entendu, tous les compositeurs contourneront cette forme à leur fantaisie. (sonate en deux mouvements, thème varié dans le premier mouvement, agrandissement de la forme-sonate chez Beethoven...Schumann, avec sa sonate en fa dièse mineur, mélange la forme classique aux idées romantiques, ceci se retrouvant chez Chopin. Liszt et Beethoven seront beaucoup plus libres, et sortiront du cadre de la sonate, la transformant parfois en ballade. Enfin, avec Brahms ou Franck, le "cyclisme" fait son apparition, des cellules mélodiques caractéristiques réapparaissant dans chacune des pièces, assurant une unité à l'ensemble. Au XXème siècle, les sonates de Debussy, Ravel, Jolivet ou Dutilleux conserveront ce cadre classique assuré par Haydn, Mozart et Beethoven.

p'tit bouquet de sonates diverses...

locatelli: sonate en Sol majeur pour flûte, viole de gambe et clavecin 

scarlatti: sonate pour clavier K394 

Haydn: Sonate n°58 en Ut majeur hobXVI-48 (rondo-presto) 

Mozart: sonate pour piano et violon K378 (andante sostenuto) 

Beethoven: sonate "appassionnata" (allegro ma non troppo-presto)   

Schubert: sonate D960 (scherzo-allegro vivace-trio) 

Liszt: Sonate en si mineur (più mosso)