cl__de_sol_gifCette séquence a pour objectif d'aborder le genre du Documentaire musical à travers l'étude et la comparaison de deux films documentaires : Benda Bilili et Buena Vista Social Club. Il s'agit de la diffusion des oeuvres et du potentiel que le cinéma peut représenter d'obtenir une reconnaissance pour des musiciens qui n'auraient pas les moyens d'assurer leur propre publicité.
Nous développerons la capacité à orienter l'oreille dans une direction particulière, et à discerner une information précise parmi beaucoup d'autres. 
Ainsi, dans la construction d'un projet musical, nous nous attacherons à développer la capacité à distinguer les différentes parties qui constituent une polyphonie, et à mettre ceci en pratique en tenant un rôle précis dans celle-ci.
Enfin en ce qui concerne la culture, nous découvrirons le rôle que jouent les influences et les traditions sur les compositions de musique qui nous sont contemporaines, et l'importance du contexte dans lequel naissent les oeuvres d'art, qu'il est intéressant de prendre en compte pour mieux comprendre leur signification et leur portée.

Notre question d'étude : Quelles relations la musique congolaise et la musique cubaine entretiennent-elles ?
Nous aborderons le domaine du rythme et du temps,
et celui du successif et du simultané.
Pour construire ce cours j'ai emprunté le document du
crdp de Clarmont-Ferrand qui se trouve ici.

Projet musical :

chicadecuba

La Chica de Cuba (1989) de Philippe Lavil. Chanteur français né en 1947 en Martinique qui s'est installé en France dans les années 60 et a toujours défendu la musique antillaise. La chanson est une Salsa fondée sur le rythme de Clave (rythmique typique que nous étudierons en détail) et les syncopes omniprésentes. Nous allons la travailler avec des percussions corporelles.

La fiche de la chanson : La_Chica_de_Cuba_Ph

L'instrumental qui n'est pas celui que nous utiliserons, cela oblige à chanter dans un registre grave.
J'en ai trouvé un sur ce site que j'ai transposé avec Audacity à la bonne hauteur.

haut_parleur_gif

benda bilili affiche

Oeuvre principale : Benda Bilili, un documentaire réalisé par Renaud Barret et Florent de la Tulaye, dont le tournage a eu lieu entre 2004 et 2010 à Kinshasa, en république démocratique du Congo.
Le film montre le groupe Staff Benda Bilili, composé de 8 musiciens congolais, les réalisateurs les ont suivis au cours de leurs répétitions, les enregistrements et leur tournée européenne.
En effet, les musiciens ont accepté d'être filmés, demandant en contrepartie une aide financière et logistique à l'enregistrement de l'album "Très très fort", sorti en 2009 et à l'organisation de la tournée.
La force du film tient au courage et à la bonne humeur communicative des musiciens malgré tous les obstacles qu'ils ont dû franchir (la pauvreté, le fait que 5 d'entre eux sont handicapés suite à la contraction de la polio, l'incendie de leur studio), mais aussi à la solidarité dont ils font preuve entre eux.
La musique de Benda Bilili est basée sur la Rumba congolaise ou Ndombolo, musique africaine née à Cuba puis ramenée en Afrique par les caribéens (esclaves déportés à Cuba qui retournèrent en Afrique).
La Rumba signifie "fête nocturne", car à Cuba on la chantait et la dansait dans les Solares (cours d'immeubles) en s'accompagnant de percussions (Congas et Cajuns, mais aussi tout objet susceptible de tenir lieu de percussions). C'était une danse de tempo rapide composée sur une mesure ternaire.

Pour en savoir plus sur la Rumba congolaise ;
Pour en savoir plus sur la Rumba cubaine ;

Nous allons tout d'abord écouter deux rythmes de Rumbas cubaines : le Rumba Guaguanco, et la Rumba Yambù. On peut repérer distinctement la rythmique appelée Clave. Il s'agit d'accents déplacés qui jalonnent la structure à 8 temps. La Rumba Yambù est légèrement plus lente mais reprend le même principe.

Son_and_rumba_clave

Nous écouterons ensuite une Rumba de Wendo Kolosoy  (ou Papa Wendo, artiste africain né en 1925 et mort en 2008) intitulée Marie-Louise.

Nous repèrerons dans cette chanson la rythmique, l'instrumentarium, la superposition et l'accumulation de formules répétées en ostinato.

Comparaisons entre la Rumba congolaise et la Rumba cubaine à travers deux chansons :
Moziki extraite du documentaire Benda Bilili
et Candela, extraite du documentaire cubain Buena Vista Social Club

A l'aide d'un tableau, nous comparerons essentiellement la formation, le traitement du rythme, le type d'écriture (verticale ou horizontale) et la forme. Puis nous rédigerons une trace écrite de nos observations. Dans ces deux chants nous retrouverons la présence de rythmes syncopés, l'emploi du procédé de l'ostinato, sur lequel les solos et les improvisations des musiciens peuvent se caler, et le procédé du chant responsorial. Par contre on trouvera l'usage d'une langue propre à cahque continent, des sujets différents (engagé pour le staff Benda Bilili, coquin pour le Buena Vista Social Club), des formes différentes (forme strophique ou forme Rondo) et des instruments différents d'un groupe à l'autre.

Dans la chanson de Benda Bilili, nous découvrirons en outre un instrument nommé satonge, fabriqué avec des objets de récupération par Roger, l'un des personnages du film (un enfant shégué, c'est-à-dire enfant de la rue). Le son de cet instrument ressemble étonnamment à celui que produit la guitare électrique. Petit zoom ici sur le personnage de Roger enfant et de son instrument. 

satonge

Analyse de Mwana (signifie "enfant"), une des chansons du film
pour aborder le thème des enfants shégués

roger satonge

Les enfants shégués sont des enfants qui vivent dans la rue. Ils sont soit orphelins, soit issus de familles qui ne peuvent survenir à leurs besoins, ou encore ils ont été rejetés en raison d’un remariage. Il arrive souvent qu’ils soient désignés comme sorciers et subissent des « exorcismes » dans les « Ecoles du Réveil » qui génèrent des maltraitances. Ils subsistent en faisant de petits boulots, en mendiant ou en volant. Dans le documentaire, Papa Ricky, le doyen du groupe, lui-même ancien shégué, prend certains de ces enfants sous son aile, c’est le cas pour Roger, l’enfant musicien qu’il intègrera au Staff.
Dans ce chant l'harmonie s'appuie sur des accords de guitare qui oscillent entre la tonique et la dominante, sur un ostinato rythmique, on retrouve l'alternance entre le soliste et le choeur, l'emploi du chant responsorial et du tuilage. L'ostinato et les nombreuses répétitions permettent à chaque musicien du groupe de se mettre en valeur, de créer des variantes.

Comparaison des deux bandes-annonces de
Benda Bilili et Buena Vista Social Club

Nous rechercherons dans ces deux bandes-annonces de films comment  elles nous renseignent sur la vie quotidienne dans ces pays de continents lointains, comment les musiciens qui sont aussi les personnages principaux sont présentés au spectateur, et  la façon dont la bande-annonce s'organise d'un film à l'autre. Sur le plan sonore, nous déterminerons comment le son contribue à faire apparaître la voix des personnages et leur musique et leur rapport avec les images.

Les documents du professeur
Fiche_prof_1 ; Fiche_prof_2 ; Fiche_prof_3 ; Fiche_prof_4 ; 
Les documents de l'élève 
Fiche_eleve_1 ; Fiche_eleve_2 ; Fiche_eleve_3 ; Fiche_eleve_4 ; 

Apprendre à danser la Salsa sur youtube
Cours n°1 ; Cours n°2 ; Cours n°3 ; Cours n°4 ;
Apprendre la Rumba
Cours débutant ;

Un exercice ludique avec Learningapps pour répondre à des questions sur la bande-annonce de benda Bilili
Deux autres pour s'entraîner pour le contrôle  (clique sur le titre): 
Mesure Binaire ou Ternaire?
Tuilage, Chant responsorial ou ostinato?

Fiche auto-évaluation
Auto_evaluation_Benda_Bilili ;
Fiche de synthèse de la séquence 
synthese_5s3

Sitographie des analyses et articles autour du film Benda Bilili
Le site zerodeconduite ; Dossier de presse sur le-sezart.com ; Le blog africamix ; Le site du Staff Benda Bilili

Enregistrements de la chanson la Chica de Cuba réalisés en classe.

5ème B

5ème D

5ème E