cl__de_sol_gif

La question que nous allons nous poser lors de notre séquence est la suivante : La musique peut-elle délivrer un message?

Le travail va porter sur le matériel musical et l'emploi qui en est fait par le compositeur. 
Lorsque nous écoutons une musique sans la connaître, nous pouvons avoir des impressions subjectives et si nous voulons pouvoir les partager, il faut alors employer un langage objectif, coder et formaliser notre description. C'est pourquoi il nous faudra comprendre et expérimenter les codes, les conventions et les techniques connues universellement qui permettent d'échanger autour d'une oeuvre d'art. 

Bien que les oeuvres puissent être explorées de multiples façons, nous nous en tiendrons aux éléments appartenant aux domaines :
1) du temps et du rythme 2) du successif et du simultané.

Renaud

Pratique : Fatigué de Renaud extraite de l'album Mistral gagnant (1985)

J'aime bien le son de l'orgue Hammond dans cette chanson et l'intervention du groupe de violons. Les paroles sont à la fois concises et percutantes.
De plus ça n'a pas pris une ride. Nous la chanteront en Sol, avec la guitare, parce que je l'ai trouvée un peu grave, même pour les garçons.

Les parolesFatigue_Renaud .
La partition repiquée d'oreille avec les accordsPartition_fatigue_Renaud

haut_parleur_gif

Ecoute principale : La Bataille de la glace extraite du film Alexandre Nevski (1938) de Serge Eisenstein, dont la musique a été composée par Serge Prokofiev, compositeur russe (1891-1953).
C'est un film de propagande commandé par les autorités Staliniennes, dans le contexte de la menace d'invasion de la Russie par l'allemagne du IIIe Reich. Sa fonction est à la fois de galvaniser le peuple russe face à l'ennemi en marche et de prévenir les allemands que le pays les attend de pied ferme.

Le scénario est issu du Paterikon de Kiev, une chronique des saints et des héros qui date du XIIIe siècle dans laquelle l’on trouve la vie et les exploits d’Alexandre Nevski (1220-1263), "grand Prince de toutes les Russies". L’histoire relate la défense russe de la ville de Novgorod en 1242 lorsque les chevaliers teutoniques, venus dans le but d’évangéliser le peuple russe furent vaincus au cours d’une bataille épique sur les eaux gelées du lac Tchoud.
C'est un film-opéra, dans le sens d'art total où tous les éléments sont imbriqués (l'image est indissociable de la musique), à la manière des opéras du compositeur allemand Richard Wagner mais on y trouve aussi l'influence des films d'animation de Walt Disney, notamment de la série des Silly Symphonies. dans le sens où le film présente un caractère à la fois sérieux et grave et, par moments, des éléments de burlesque.
Dans un premier temps, nous écouterons le fichier son puis de courts extraits de la scène, pour déterminer d'une part comment le compositeur caractérise les camps adverses musicalement, et la façon dont la scène est organisée (son déroulement du début à la fin). Le visionnage de la scène nous permettra de lire le rapport étroit entre ce qui est vu et ce qui est entendu, et d'appréhender les secrets de la technique du montage, nécessaire pour finaliser cette scène.

Les documents : 
Fiche_prokofiev_cours_1
Fiche_prof_prokofiev_2Fiche_prof_prokofiev_3;
Fiche_prof_prokofiev_3Fiche_eleve_prokofiev_3

affiche

Nous allons comparer cette scène à une scène mythique du film Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, cinéaste américain, tourné en 1979. le film est une adaptation du roman Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad, auteur anglais d'origine polonaise.
Il se situe dans le contexte de la guerre du Vietnam (1963). Ce film, au contraire de A. Nevski, est une critique et non un film de propagande. Le réalisateur n'a pas voulu réaliser un film de guerre, mais un film sur la guerre. Nous verrons la scène de l'attaque de Kilgore, la musique qui accompagne la scène est un extrait d'un opéra de Richard Wagner intitulé La Chevauchée de walkyries. C'est le prélude du IIIe acte de l'opéra La Walkyrie. Si vous voulez entendre la musique de Wagner sans le film, c'est ici.

L'argument du film : Le capitaine Willard reçoit pour mission, en pleine guerre du Vietnam, de retrouver le colonel Kurtz qui, dans la jungle, au delà de la frontière cambodgienne, s'est taillé un empire sur lequel il règne par la terreur. Fou ou génie ? Willard va suivre un fleuve pour atteindre la frontière. Il assiste au bombardement au napalm d'un village vietnamien puis à un spectacle de playmates qui tourne à la débandade. Après avoir franchi le dernier pont américain, il retrouve Kurtz dans un univers d'enfer...

Dans cette scène nous observerons la notion de contraste, de disproportion, le mélange d'impressions (danger, incertitude, gravité et propos fanfarons de Kilgore), l'utilisation de la musique à caractère hymnique mêlée aux bruitages, qui suggère l'idée que la guerre est, pour certains, en quelque sorte un jeu (en dehors du blessé ensanglanté que l'on évacue rapidement), mais aussi entre la puissance volante et la faiblesse des villageois au sol. Nous y chercherons les traces de l'impérialisme, de l'arrogance et du manichéisme américain (la mère et l'enfant évacués en hélicoptère quand tout le village a été brûlé au napalm) dont Coppola fait la critique. Et, bien sûr, nous étudierons surtout le matériau dont cette musique est faite.

Les documentscomparaison_1Apocalypse_now_prof ; comparaison_eleve_1_Apocalypse_now

staline et la jeunesse

Une deuxième comparaison portera sur un extrait de films de propagande, chargé des symboles du pouvoir. 

La musique que vous entendez est l'hymne russe (mode majeur, caractère solennel, tempo modéré dans un rythme binaire à 4 temps), interprété par un orchestre de fanfare (musique de plein air).

Voici une interprétation de l'hymne russe chantée par un choeur mixte accompagné par un orchestre symphonique avec la traduction des paroles en français (les paroles en russe apparaissent sous la video).

 

affiche-1-medium

Le deuxième est un extrait du film Le triomphe de la Volonté (1935) de Leni Riefensthal, cinéaste allemande (1902-2003), film de propagande qui est une commande, là aussi,d'Adolf Hitler.

La musique est un extrait de l'ouverture de l'opéra Tannhaüser de Richard Wagner, compositeur allemand de la période romantique, qui était l'un des favoris d'Hitler, interprétée par un orchestre symphonique qui accompagne discrètement le discours.
Dans ce film, outre la présentation des héros du parti, la volonté de renforcer la solidarité du parti et à la fois d'impressionner l'étranger, on a des aspects religieux et mythiques dans les mots prononcés : "Vous êtes la chair de notre chair, le sang de notre sang", mais aussi dans le choix de la musique (dans l'histoire, le chevalier Tannhaüser se joint à une procession de pèlerins en route pour Rome).
Au plan technique, on retrouve l'usage des contre-plongées sur les visages de Hitler et de ses proches collaborateurs, des contre-champs entre ceux-ci et le public, également des travellings circulaires sur la foule qui paraît immense et compacte, soudée.Pour entendre la musique de Wagner sans le film, c'est ici

Les documentsComparaison_2Staline_RiefensthalComparaison_eleve2_Staline_Riefensthal

seigneurdesanneaux2-2

Enfin nous ferons une dernière comparaison avec un extrait du film Le Seigneur des Anneaux (2ème film : Les Deux Tours) intitulé La Bataille du gouffre de Helm. (Cliquer sur le titre pour voir la video). Le film réalisé par Peter Jackson (cinéaste néo-zélandais, né en 1961) date de 2002. C'est une adaptation du roman de J.R.R.Tolkien (auteur anglais, 1892-1973). La musique a été composée par le compositeur canadien Howard Shore, né en 1946.
Ce film qui appartient au genre de la fantasy a été parfois critiqué comme contenant des éléments de racisme, d'impérialisme et de manichéisme. Cependant il est intéressant de faire des recherches pour retrouver les déclarations de l'auteur et se forger sa propre idée. 
Nous visionnerons une scène de bataille opposant les Rohirrim (forces du Royaume du Rohan, commandées par Théoden) et celles de Saroumane (les Uruk-hais). Le roi Théoden a mis son peuple à l'abri dans la forteresse de Fort-le-Cor, au gouffre de Helm. Alors que l'attaque est imminente, ils reçoivent l'aide des elfes Galadhrim sous le commandement de Haldir (armée de Lothlorien). A la fin de cette longue bataille qui semble perdue, Gandalf le blanc (le magicien) viendra en renfort et permettra la victoire.
La musique : A la façon d'un Wagner, Howard Shore a associé à chaque groupe de personnages des leitmotivs, la communauté de l'Anneau (groupe de personnes des différents camps) recevant un thème à elle seule. 
Dans cet extrait nous étudierons la façon dont les thèmes caractérisent chaque camp et de quelle façon la musique suggère l'action au cours de la scène. Nous y retrouverons les contrastes étudiés dans les précédents extraits.

Les documentsComparaison_3Seigneur_des_anneaux ; Comparaison_3Seigneur_des_anneaux

Un devoir final (lien et questionnaire, relecture des documents à disposition) sera donné pour que les élèves rédigent un texte à la façon d'un article de journal en faisant une comparaison personnelle des extraits visionnés, avec la consigne de regarder un extrait non vu en cours (La Bataille des champs de Pélennor), extrait du 3ème film (Le Retour du Roi). 

La fiche de synthèse : synthese_seq_I ; 
La fiche auto-évaluation : fiche_auto__val__3_mes

dictaphone

3ème B

 

3ème E