cl__de_sol_gifDans cette séquence notre question d'étude est la suivante:
Comment personnaliser une variation sur un thème célèbre construit sur une structure stricte ?
Notre but est d'étudier et de comparer des oeuvres musicales en acquérant une connaissance des codes que nous puissions utiliser dans d'autres contextes artistiques. En quoi certaines oeuvres empruntant des airs célèbres pour en donner une interprétation personnelle peuvent-elles être considérées comme en rupture ou en continuité avec ces codes, voilà l'objet de nos recherches.
Nous aborderons les domaines du successif et du simultané et celui de la forme.
Nous nous situons dans le genre de la musique de chambre lors de la période baroque.

affiche film

Pratique : J'ai emprunté à ma chère collègue Laurence du blog musiclik les deux chants que nous apprendrons.
Le premier : "Variations sur un air japonais" (de Patrick Legeay) consiste à répéter 3 phrases en langage parlé / rythmé / accentué (scansion) qui seront ensuite réparties en 4 groupes, pour créer un effet de répétition, de variation et de spatialisation tout à fait intéressant. 
Le deuxième : Il s'agit de chanter un extrait de la B.O. du film 1492: Christophe Colomb de Ridley Scott, sorti en 1992, sur la musique de Vangelis papathanassiou (Vangelis, compositeur grec né en 1943).
Le chant est en langue inventée (wordpainting ou pseudo-latin), il est construit sur le principe de la basse obstinée et permettra ainsi de varier l'accompagnement que nous construirons avec les instruments dont nous disposons en classe.
Nous pourrons aussi varier notre émission vocale, la première partie étant fredonnée (sur le m), et si des élèves musiciens sont parmi nous, ils pourront l'interpréter à l'instrument (piano, carillon, flûte, soyons fous).

Le document élèveProjets_musicaux

Une petite parenthèse : Je suis personnellement très sensible au sujet du sort des Indiens de l'Amazonie (notamment la menace qui pèse sur les tribus non contactées, et je lis  tous les articles à ce sujet, j'envoie aussi des lettres (avec Survival International, une association géniale qui s'efforce de faire respecter leurs droits, et je signe toutes les pétitions que je peux depuis l'âge de quinze ans). Voici un lien vers le dernier massacre dû aux mineurs (qui recherchent de l'or et des diamants) qui viennent le plus souvent du Brésil. 

haut_parleur_gif

 

corelli portrait

Ecoute principale: Les 23 variations sur « La Folia », dernier mouvement de la Sonate de chambre opus V d' Archangelo CORELLI (Compositeur italien, 1653-1713, période Baroque).

Le thème de La Folia est né au Portugal au XIVe siècle. On en retrouve la trace dans de nombreux manuscrits. Mais l’oeuvre ne fut connue sous ce nom qu’à partir du XVIe siècle où elle figurait dans de nombreux recueils de musique instrumentale.
Au XVIIe siècle, la Follia est une danse noble, dansée par un danseur soliste. Elle s’apparente à la Sarabande grave et à la Chaconne.
Beaucoup de compositeurs (Antonio Vivaldi, Marin Marais, Sergueï Rachmaninnov, Franz Liszt) en ont proposé une version pour divers instruments.
Nous allons étudier la facture de ce thème en détail, son rythme caractéristique, ainsi que les accords qui constituent la formule d'accompagnement, et le principe de la modulation (modes majeur / mineur). Nous découvrirons les ornements, ces petites notes qui permettent d'orner la mélodie de petites notes de passage pour éviter la monotonie et dans un souci de musicalité. Nous nous pencherons sur 3 des 23 variations, très différentes les unes des autres. 

violon

L'oeuvre est destinée à être interprétée par un violon. Corelli étant un violoniste virtuose, cette oeuvre nous permet de mesure l'évolution extraordinaire de la facture et de la technique de jeu de l'instrument.

marin_marais

Nous comparerons l'oeuvre de Corelli avec celle d’un autre compositeur et gambiste célèbre de la période baroque : Marin Marais (compositeur français, 1656-1728) à travers un extrait du film Tous les matins du monde dAlain Corneau (1991) d’après le roman de Pascal Quignard (1987). Dans la scène que nous visionnerons, le jeune Marin Marais qui désire se perfectionner dans l’art de la viole de gambe vient se présenter à Monsieur de Sainte-Colombe, célèbre gambiste et compositeur qui a formé beaucoup de musiciens. Il lui présente une improvisation sur le thème des « Folies d’Espagne ».

Dans cette video nous pouvons voir la différence entre la famille des violes et celle des violons, si toutes deux sont issues de la famille des instruments à cordes frottées, de nombreuses différences les séparent. L'aspect, la facture, la taille, le mode de jeu, la sonorité font que l'on ne peut les confondre. Nous étudierons les trois variations interprétées par le jeune homme et les comparerons avec celles de Corelli :le tempo adopté, la mise en valeur de la virtuosité ou de la musicalité, le procédé d'écriture (écriture verticale, horizontale, utilisation des plans sonores) et le paramètre sur lequel se portent les jeux de constrastes.

cello_vs_gamba

De plus, les violes de gambe possédaient souvent une tête scuptée très finement travaillée. En voici deux exemples : 

volutes violes

Notre troisième écoute comparative sera la bande son du film 1492 : Christophe Colomb et nous analyserons la musique de Vangelis. En effet, celui-ci a écrit une variation sur la basse continue de la Folia, en faisant intervenir un choeur, et des synthétiseurs. Nous nous concentrerons ici particulièrement sur la forme du morceau (son déroulement temporel et la répartition des masses sonores).

j

Enfin nous terminerons par l'écoute de la Sarabande de la 11e Suite pour clavecin (1733) de Georg friedrich Haëndel (1685-1759), compositeur allemand également de la période baroque.Nous avons déjà vu que la sarabande a un rythme et un tempo similaires à la Folia, au côté de la chaconne et de la passacaille, formes construites sur le principe de la basse obstinée avec leurs spécificités. Ici le compositeur s'est inspiré du thème de la Folia, on y retrouve l'emploi du rythme pointé et deux phrases reprises avec des variations sur une basse continue, dans une mesure à 3 temps sur un tempo lent (la lenteur du tempo permet en effet de "remplir" la mélodie au-dessus de la basse plus aisément). Nous écouterons une version pour orchestre baroque et comparerons ces variations aux précédentes.
Cette musique a été incluse dans la B.O. du film Barry Lindon de Stanley Kubrik (1975), elle intervient lorsque le personnage principal se bat en duel.

Voici les documents :

Les documents : Fiche_prof_1fiche_prof_2Fiche_prof_3Fiche__l_ve_1_corrig_
Fiche__l_ve_1fiche_eleve_2Fiche_eleve_3

Un contrôle final portera sur la reconnaissance auditive des principes étudiés (mouvement conjoint / disjoint, basse continue ou non, mode majeur / mineur, phrase suspensive / conclusive) et 4 questions de cours.

Les documents: 
Eleves_Exercices_de_reconnaissance

En ce qui concerne l'Histoire des arts, deux pistes de travail seront explorées :
l'art baroque, avec l'accent sur les contrastes, (Les musiciens de le caravage et les Ménines de Diego Velasquez),
et la variation sur un sujet (ma collègue a fait un travail remarquable autour du tableau de la Joconde et ses diverses reprises).

La fiche synthèse de la séquence : synthese_4seqI et la fiche auto-évaluation : fiche_auto__val__4emes