cl__de_sol_gifCette séquence porte sur la musique descriptive.
La question transversale est : Quels moyens la musique peut-elle employer pour décrire un personnage, une situation ou un lieu?
Les compétences abordées sont le Temps et le Rythme, le Successif et le simultané.
L'objectif principal est d'explorer les notions de façon plus approfondie et de se les approprier pour être capable de créer une petite pièce rythmique en dialogue en inventant un codage personnel.

Pour expérimenter différentes dispositions dans le choeur, la chanson choisie est Des Ricochets du collectif Paris-Africa pour l'Unicef (un album dédié à l'aide aux enfants de la corne de l'Afrique). Une chanson que j'ai été chercher dans le top 50 des chansons actuelles sur Deezer.
L'intérêt de ce genre de chanson c'est que le couplet est chanté alternativement par les différents chanteurs, le pont à 2 voix, parfois à la tierce, parfois une voix chantée assortie d' un commentaire parlé, et le refrain sur le même modèle. On peut se lancer dans un solo, tenir sa partie dans une polyphonie ou chanter en choeur à l'unisson. De plus, la chanson est déjà sue par coeur par beaucoup.

Et voici le play-back de la chanson :

les paroles : des_ricochets_collectif_paris_africa

haut_parleur_gif

smetanaEcoute N°1 : La Moldau, poème symphonique composé en 1874 par Bedrich Smetana, compositeur Tchèque de la période romantique (1824-1884). Extrait d'un cycle de 6 poèmes symphoniques intitulé "Ma patrie" (Ma Vlast), la musique décrit la course de la rivière principale de la Tchécoslovaquie, reflétant l'amour et la fierté que le compositeur ressent pour son pays qui vient juste de conquérir son indépendance. Lors de cette période de l'histoire de la musique, nombre de compositeurs s'intéresseront à la diffusion de la musique folklorique ou représentative de leur pays. On appellera cela les Ecoles nationales.
Nous écouterons d'abord l'introduction, puis le thème principal de l'oeuvre. Sur le plan rythmique, nous revoyons la mesure ternaire, observerons la fluidité créée par l'incessant chatoiement des croches conjointes qui s'élancent et retombent, se répondent et superposent. Les pizz des cordes graves qui relancent la course et ponctuent le discours. Puis les violons coll'arco entonnent le thème sur un accompagnement de l'orchestre qui va prendre de plus en plus d'ampleur sonore. Cette fois nous observerons, outre les mouvements mélodiques ascendants ou descendants, les mouvements parallèles ou contraires de deux mélodies superposées. Après un échange de nos impressions et découvertes, nous produirons une trace écrite en commun. Sur le plan de la pratique, les élèves se partageront, en deux groupes puis en binômes a frappe du rythme de l'introduction et celui du thème mais nous chanterons aussi ce thème de mémoire.

L'orchestre philharmonique de Tchécoslovaquie est ici dirigé par Rafael Kubelik (1990).

Les documents : Fiche_prof_1_Smetana ; Fiche_eleve_1_Smetana ;

Nous ferons un tout petit détour par la chanson Hatikva (L'espérance), écrite par Naftali Herz Imber en 1878, et adaptée par Samuel Cohen (1888) d’après une mélodie populaire roumaine de Moldavie. La chanson est devenue l' Hymne National d’Israël depuis 1948.


Le texte : Paroles_hatikva ;

 EdvardGriegEcoute n°2 : Dans la Halle du Roi de montagne extrait de la 1ère Suite pour orchestre Peer Gynt composée en 1876 par Edvard Grieg, compositeur Norvégien (1843-1907). L’oeuvre était censée accompagner une pièce de théâtre d’Henrik Ibsen. GRIEG réunit 4 extraits de cette compopsition dans une Suite pour orchestre. Argument : Peer Gynt est un personnage à la recherche d’amour et d’aventure. Après avoir séduit la fille du roi des montagnes de Drove, il fuit son village et se retrouve face aux trolls qui le menacent.
Pour symboliser la marche des trolls, Grieg emploie une marche à 2 temps binaire jouée staccato, le thème étant accompagné par une alternance tonique dominante de la basse. Ce thème va se répéter plusieurs fois, les changements qu'il subit sont essentiellement  une accélération du tempo et un jeu sur la densité sonore qui produit un crescendo, des variations de timbres (tous les pupitres se passent le thème), et une progression du grave à l'aigu. Dans cette pièce nous observerons le rôle des contretemps très marqués qui donnent un caractère inquiétant et sauvage à cette musique.
Nous reproduirons le même genre d'exercice que pour Smetana, nous séparer en 2 groupes dont l'un frappe le rythme du thème, l'autre celui de l'accompagnement. Nous nous efforcerons de le jouer 4 fois en augmentant progressivement le volume sonore et le tempo. L'interprétation choisie est celle de l'Orchestre philharmonique de Berlin sous la direction de Neeme Järvi (en 2010).

Les documents : Fiche_prof_2_Grieg ; Fiche__l_ve_2_Grieg

Voici une version de cette pièce par le groupe de métal finlandais Apocalyptica. Il est ici interprété par les 4 violoncelles amplifiés (un micro est fixé à l'instrument) et une batterie. Le thème, la progression en accelerando et crescendo sont respectés, c'est le timbre qui change, ainsi que quelques variations dans le thème et l'accompagnement au point de vue mélodique, l'harmonie étant conservée. Au début par exemple le thème est énoncé sur bourdon, puis avec des contretemps dissonants, il y a des cassures rythmiques, des solos, et la montée en puissance intervient plus rapidement. Divers modes de jeu et effets se succèdent, l'effet est vraiment étonnant. Pour en savoir plus sur le groupe, cliquez ici.

MussorgskyEcoute N°3 : Samuel Goldenberg et Schmuyle extrait des Tableaux d'une exposition de Modeste Moussosrgski, compositeur russe du XIXème siècle (1839-1881). Une exposition fut consacrée au peintre Victor Hartmann, ami du compositeur, qui venait juste de mourir. Celui-ci composa une pièce pour chaque tableau de l'exposition, reliées entre elles par une "Promenade". D'abord destinée au piano solo, l'oeuvre fut orchestrée par le compositeur Maurice Ravel en 1922.
Le tableau représente deux personnages, l'un riche, l'autre pauvre, qui se croisent et entament un dialogue. Une sorte de dispute s'ensuit, dans laquelle l'un menace et l'autre supplie. Après avoir entendu chaque thème séparément, nous les entendons en superposition. A la fin du morceau, le premier thème a le dernier mot. Chaque personnage est représenté par un instrument et une façon de traiter le rythme différents, ce qui nous permet d'imaginer la scène. Nous visualiserons la structure du morceau (forme ABA') sous forme de tableau.
A noter que les 2 tableaux séparés de Hartman ont été fondus en une pièce musicale par Moussorgski.

The_Rich_JewThe_Poor_Jew

2 orchestres sont réunis ici : Le RTV Slovenia Symphony Orchestra et l’Orchestre de Picardie sous la direction du chef d'orchestre chinois En Shao, directeur artistique du RTV Slovenia Symphony Orchestra. Concert donné en 2009 à la Cour du Château de Compiègne lors du Festival des Forêts le 3 juillet 2009.

Les documents :  fiche_prof_3_Moussorgski ; fiche__l_ve_3_Moussorgski ;

L' Activité de création proposée à l'issue de ces écoutes : Les élèves, par binômes, vont imaginer un dialogue entre deux personnages en utilisant 2 formules rythmiques différentes au tableau, et en utilisant le principe de la juxtaposition et de la superposition, sur les instruments de leur choix (ils peuvent aussi utiliser leur voix). Ils devront alors créer leur propre codage pour que d’autres binômes puissent interpréter leur création, avec l'obligation d'apposer à leur "partition" au moins 3 indications (tempo, nuances, modes de jeu, registres).

Une fiche "glossaire" viendra compléter les notes prises dans le cahier : Glossaire

La fiche synthèse de la séquence : synth_se_s_quence_III ;
La fiche auto-évaluation : Evaluation_s_q_III ;
Les compétences du socle évaluées sont les piliers I, V et VII.