cl__de_sol_gifCette séquence est consacrée aux œuvres qui ont été composées dans une intention précise : évoquer le souvenir, dénoncer, ou commémorer des événements dramatiques du XXème siècle.
Elles laissent trace de l’opinion d’un artiste, de son ressenti, et nous rappellent de ne pas laisser certains événements se reproduire. En cela, elles font partie des œuvres engagées même si cela n’est pas forcément leur intention première.
La question transversale est Musique, intention et mémoire et se concentre sur différentes œuvres vocales (populaires et savantes). Nous aborderons les domaines du temps, du rythme et de la dynamique (contrastes des tempi et fonctions du rythme, divers modes d’émission vocale et utilisation des masses sonores).

Projet musical :
hn84_480x270_-4qwoyLettre du front
(Kenza Farah avec Sefyu). Cette chanson est extraite de l’album « Authentik » sorti en 2007, elle traite de la séparation entre une jeune femme et un soldat qui est au front, mais aussi des conditions sociales qui ont pu amener ce jeune homme à s’engager (cela ne signifie pas pour autant que s’engager signifie fuir une situation difficile, mais parfois se reforger une identité et un futur).
Il y a 3 univers de langage différents dans cette chanson : le texte parlé (la lettre lue à haute voix par le jeune homme qu'on peut classer dans le Slam), le chant (lettre de la jeune femme, univers mélancolique) et le passage en rap (par le biais duquel le jeune homme fait allusion à son passé et ses origines sociales).
Cela donne une dimension dramatique, théâtrale à la chanson.
Au point de vue musical, on trouve des bruitages (les bruits de combats), des parties confiées au piano (une sorte de petit contrechant répétitif transposé, et un accompagnement en arpèges en mode mineur), un motif grave des cordes électroniques du synthétiseur, et une boîte à rythmes.
L’accompagnement (quatre accords qui tournent en boucle dans le mode mineur) suit le texte, le refrain comporte des intervalles de quinte qui sont comme une prière, une supplication ou un cri de douleur de la jeune femme. Une deuxième voix à la tierce rejoint parfois brièvement la voix de la chanteuse.
La théâtralisation de la chanson vient aussi de sa structure qui fait entendre une intro instrumentale, la lecture de la lettre, 2 couplets entrecoupés d’un passage scandé (rap), deux autres couplets, une autre lecture de lettre, un refrain sur une nouvelle mélodie, qui revient deux fois avant la coda (dans laquelle le jeune homme termine sur une promesse de retour).
Ajoutons que certaines inflexions de la voix de la chanteuse et les nappes des violons apportent un petit côté oriental à la chanson qui résonne avec le «Inch’Allah » du jeune homme. Cette chanson en dehors de la structure, est assez typique des tubes de RnB.

Cliquez pour la version karaoke :
Mais nous travaillerons les parties rythmiques et la ritournelle avec ce que nous avons sous la main dans la classe..ça tombe bien, j’ai recommandé des balafons et tout, yeah. A l’issue de l’écoute, de l’analyse et de l’interprétation, nous avons rédigé une trace écrite pour que les élèves gardent en mémoire ce qu’ils peuvent dire s’ils choisissent de présenter une chanson de ce type.

Lettre_du_front_K

haut_parleur_gif

Bagne_d_enfant_1Notre première écoute se portera sur la chanson “Chasse à l’enfant” de Joseph Kosma, compositeur français d’origine hongroise (1905-1969)sur un texte de Jacques Prévert, poète et scénariste français (1900-1977), interprétée par Marianne Oswald.

Il peut être intéressant de visionner ce documentaire autour de Jacques Prévert sur le site de l'INA.

Cette chanson est née de la colère de Prévert à la suite d’un événement qui se produisit à Belle-île-en mer en 1934 dans une prison pour enfants. Je vous renvoie vers les excellents articles qui traitent de ce sujet et vous avez des liens à consulter en plus de ceux que j’ai inscrit dans les fiches.
A consulter : un lien d’actualité sur les établissements pénitentiaires pour mineurs.

prévert kosma oswald


Cette interprétation "live" de Marianne Oswald n'est pas complète. Pour la version disque complète, cliquer ici.
Après avoir rempli un tableau précis sur les rapports entre le texte et l’interprétation de celui-ci, l'examen des traitements de divers paramètres, un questionnaire destiné à la rédaction d’un petit résumé portera sur l’apport de l’interprétation de Marianne Oswald au texte déjà fort bien écrit, toujours sur le rapport entre le texte et la musique, et les différents types d’émission vocale utilisés. Nous nous intéresserons aussi au traitement dynamique et rythmique dans l’interprétation. Enfin, le style expressionniste nous renverra au théâtre musical de Brecht qui influença bien des artistes en Europe comme aux Etats-Unis.

Schoenberg-Arnold-03Notre deuxième écoute : « Un Survivant de Varsovie » opus 46, une œuvre d’Arnold Schönberg, compositeur autrichien (1874-1951) qui s’envola pour l’Amérique pendant la 2ème guerre mondiale et vit ses œuvres qualifiées par les nazis d’Art dégénéré, comme tant d’autres artistes.
Après une présentation de l’œuvre, et une première écoute avec le texte sous les yeux, un premier questionnaire sera également proposé, ainsi qu’un commentaire d’une phrase de Milan Kundera (écrivain tchèque né en 1929) au sujet de l’œuvre de Schönberg. Puis une trace écrite suivra pour fixer le vocabulaire spécifique à la musique. Nous découvrirons la technique vocale du sprechgesang inventée par le compositeur et le système dodécaphonique (série de 12 sons qui sert de point de départ à une composition) en prenant pour exemple le traitement du thème du Shema Israel par Schönberg.
Nous visionnerons aussi l’œuvre sous la forme du sonagramme avec le logiciel Acousmographe et lirons un témoignage de Marek Elderman, rescapé de l’insurrection du ghetto d’Auschwitz et le comparerons avec le texte utilisé par Schönberg.

t_moignage_de_Marek_Edelman

Cette version est intéressante car on y voir bien les instruments de l’orchestre et le narrateur, Franz Mazura et l’orchestre symphonique de Birmingham sous la direction de Sir Simon Rattle. Une autre version magnifique, par l’orchestre symphonique de bamberger, conduit par Horst Stein, et Hermann Prey dans le rôle du narrateur.
- Une série documentaire sur le ghetto de Varsovie sur youtube.
- A propos du ghetto de varsovie  sur le site Histoire des juifs.com ; la chronologie et une video.

 fiche_prof_Un_survivant_de_Varsovie_Schoenberg ; fiche_prof_Un_survivant_de_Varsovie_2
fiche__l_ve_Un_survivant_de_Varsovie_Schoenberg ; fiche__l_ve_Un_survivant_de_Varsovie_2

A la fin de cette pièce nous entendons le Shema israel dont voici le texte et la traduction.
shema israel texte
En faisant des recherches pour l'entendre isolément, je suis tombée sur une chanson de Sarit Hadad qui porte le même nom et je l'ai appréciée, donc la voici.

Le texte de la chanson : texte_shema_israel_Sarit_Hadad

nono7Enfin nous découvrirons une œuvre contemporaine de Luigi Nono, compositeur italien de la période contemporaine (1924-1990). intitulée « Ricordo cosa ti hanno fatto a Auschwitz” qui date de 1966.
Composée pour bande magnétique, l'oeuvre est basée sur des récits des survivants des camps de concentration d’Auschwitz.
Nono est un compositeur à la fois très engagé politiquement et féru de musique électronique. Son œuvre est composée à partir de fragments de voix enregistrés, mixées avec des sons étranges dans lesquels on pourrait reconnaître le métal, le feu, un sifflement suraigu et un instrument en cuivre dont les sons sont distordus et atteignent un paroxysme dynamique dérangeant et très expressif.
Divisée en 3 sections, elle raconte sans juger et suggère l’horreur.
Nous travaillerons avec le logiciel Acousmographe pour repérer les différents timbres, les phrases successives et la progression dynamique de l’extrait proposé (section A et début de la section B).

Voici un exemple du sonagramme visionné.

extrait sonagramme Nono
Et la video :


Interprètes : Choeur d’Ermittlung di Peter Weiss (1966) – Stefania Woytowicz, soprano;
Choeur des voix blanches du petit théâtre de Milan.
Ricorda_Nono_fiche_prof ; Ricorda_Nono_fiche__l_ve

A l’issue de ces diverses auditions, un exercice de création sera proposé aux élèves.
Il s’agit de choisir un court extrait de texte qui relate un événement dramatique du XXe siècle et de le lire à haute voix en changeant son timbre et son intonation pour le traduire de la façon la plus expressive possilble.
Des musiques instrumentales gratuites seront fournies pour accompagner le texte (on en trouve beaucoup libres de droits sur certains sites, il suffit de faire une recherche).
Ensuite nous essaierons d’enregistrer les meilleurs d’entre eux.

Voici la fiche de synthèse de cette séquence : synth_se_s_q_II
La fiche auto-évaluation : auto__valuation_3e_s_q_II
Déroulement de la séquence : d_roulement_de_la_s_quence_II