cl__de_sol_gif

Cette séquence dont la question transversale sera Les Arts du spectacle vivant, pose un enchaînement de questions d’études qui sera : « Quelle fonction le rythme a-t-il dans la danse, quelle fonction la danse peut-elle avoir dans l’opéra et quelle fonctions les deux arts réunis peuvent-ils avoir dans un contexte social et historique donné ? » ce qui nous pourrait nous orienter vers la question Musique, fonctions et circonstances en quelque sorte. Cependant je ne m’étendrai pas ici sur le sujet, il ne s’agira que d’anecdotes autour de la composition. Nous aborderons ici essentiellement le domaine du Temps et du Rythme et celui de la Forme.

fametvseriesNous allons chanter Remember my name, une chanson extraite de la comédie musicale Fame, elle-même extraite du film d’Alan Parker réalisé en 1980. L’argument du film est principalement le travail acharné d’adolescents qui tentent de pénétrer dans une école de spectacle : Fiorello H. LaGuardia High School of Music & Art and Performing Arts située à New York qui les propulsera vers la gloire, d’où le nom du film (Fame signifiant célébrité).

remember_my_name__Fame_remember_my_name_partition_Fame

Le texte de la chanson, plein d’espoir et de fierté, exprime le désir de marquer son temps et de réussir à vivre de sa vocation. Nous la travaillerons en 2 groupes, en alternant les solos et le chœur selon que nous chanterons le couplet ou le refrain. Quant à faire une chorégraphie, heu.. joker, hihi.
La chanson est interprétée dans le film par Irene Cara, une chanteuse américaine née en 1964 (on a bien rigolé sur ses tenues quand même) mais nous avons le play-back pour travailler.irene_cara

Une scène réjouissante dans les rues de new York, le père d’un des élèves de l’école met la chanson que son fils vient de composer à tue-tête dans les haut-parleurs de son taxi, déclenchant la sortie immédiate des élèves de l’école pour une chorégraphie collective improvisée dans la rue (et sur le toit des voitures au passage).
Voici la video karaoke (dommage, il y a encore les chœurs, on ne peut chanter que la partie supérieure qui manque, mais c’est déjà çà).

haut_parleur_gif

moliere2L’oeuvre principale que nous allons étudier est la comédie-ballet de Molière (auteur français, 1622-1673) intitulée Le Bourgeois gentilhomme (en français mes 5e étudient le malade Imaginaire). L’œuvre est datée de 1669 et correspond donc à la période Baroque, en France, sous le règne du Roi soleil.

Dans sa pièce, Molière décrit un riche bourgeois qui désire rejoindre le rang des nobles et pour ce faire, apprendre les bonnes mœurs de la cour.

 

moli_re_ds_le_r_le_de_mr_jourdain_c__r__monie_des_turcs

Molière dans le rôle de Mr Jourdain, Lully dans le rôle du grand Mufti.

Le Bourgeois Gentilhomme est une pièce qui fut montée à Chambord pour le divertissement du Roi le 14 octobre 1670. Cette pièce fut commandée par Louis XIV qui voulait un ballet turc ridicule. Vexé par le mépris manifesté par l'ambassadeur du Grand Turc (le sultan ottoman d'Istambul), lors de la réception donnée en son honneur, le roi avait demandé à Molière de le ridiculiser pour ses mauvaises manières. Pour cette occasion Molière et Lully allaient travailler en commun à une comédie-ballet. Le texte allait se fondre dans la musique ainsi que dans la danse.
En effet, croyant avoir affaire à l'ambassadeur du Grand Turc en personne, Louis XIV s'était présenté assis sur un trône d’argent massif dans le plus grand faste possible pour impressionner son hôte. Mais l'interprète du Roi se rendit compte, en relisant la lettre du Grand Seigneur, Soliman Aga, que celui-ci n'était pas ambassadeur mais un simple voyageur. Tout le luxe déployé devenait grotesque! Afin d'échapper au ridicule qui le guettait, Louis XIV eut l'idée de commander à Lully un ballet turc ridicule, transférant ainsi les moqueries sur les turcs).
La Comédie-Ballet composée par Lully fut l’un de ses plus grands succès.

Le_Menuet2 extraits seront proposés : Tout d’abord le fameux Menuet, danse favorite du Roi, issue du Bransle du Poitou et d’Anjou dont la mesure est à 3 temps. Dans l’interprétation choisie (Hugo Reyne), une voix d’homme chante a cappella, et on entend les pas dansés. L’ensemble donne vraiment un aperçu de la scène dans laquelle la musique n’est pas si essentielle, l’action est centrée autour du comique que représente l’effort pour apprendre la danse de Mr Jourdain, et les rires des spectateurs nous laissent à penser qu’il est ridicule. Nous en étudierons essentiellement le plan, deux phrases dont la 2e répète la fin de la première avec une articulation différente. Pour écouter, aller ici ou .

Notre écoute suivante, La cérémonie des turcs, (IVe et dernier intermède de l'opéra) est le climax de l’oeuvre.
Elle est censée faire de Mr jourdain un grand Mamamouchi. L’orchestre habituel est renforcé (ajout des trompettes et des timbales), le rythme pointé lui donne un caractère cérémonial, la tonalité de sol mineur est impressionnante par les grands accords solennels.
Ici nous retrouvons la forme AABB avec une répétition de la dernière phrase de la partie B. Nous avons visionné un extrait du spectacle présenté par la chaîne Mezzo (le poeme harmonique (Dumestre/Lazar) from 2005).

Nous allons interpréter un accompagnement  de cet extrait (grâce à l’album Odi Act 7). Nous y expérimenterons ainsi les deux parties avec les reprises variées et la reprise avec variation de tempo (accélération subite préparée par une introduction au tambourin) ;

Nous terminerons par la Cérémonie turque elle-même, scène dans laquelle le chœur et le Mufti se répondent, alors que Mr Jourdain est assis avec le gros livre du Coran sur la tête. Nous apprendrons que cette farce a en fait été organisée par la fille de Mr Jourdain, Lucille et son amant, Cléante, qui font croire à Mr Jourdain que le fils du Grand Turc veut épouser sa fille. D’où la nécessité de la cérémonie pour faire de lui le grand Mamamouchi. L’extrait proposé se trouve dans la video.

menuet_du_bourgeois_gentilhomme_Lully_profmenuet_du_bourgeois_gentilhomme_Lully__l_ve
la_c_r_monie_des_turcs_Lully_profla_c_r_monie_des_turcs_Lully__l_ve
lully_le_bourgeois_gentilhommela_c_r_monie_turque_Lully__l_ve

alexandre_borodineEnfin nous comparerons cet extrait avec les Danses Polovtsiennes extraites du Prince Igor (1890), opéra d’Alexandre Borodine, compositeur russe du XIXe siècle (1833-1887). Membre du groupe des cinq aux côtés d’autres compositeurs russes, l’une de ses caractéristiques est d’employer dans la musique les airs populaires de son pays (Nationalisme). Les danses polovtsiennes se situent à la fin du IIe acte, au moment où Igor, qui a été capturé par les polovtsiens (dont le chef est Kontchak) est convié à un spectacle de chants et de danses. Entre temps une idylle se joue entre les rejetons des protagonistes.
Dans les danses deux univers musicaux se croisent, l'un russe, l'autre oriental.

Nous écouterons la Danse glissée des jeunes filles puis la Danse sauvage des hommes. Notre intérêt se portera sur les différences concernant le temps et le rythme dans ces extraits, et la forme adoptée par chacune des danses.

Voici un extrait du ballet :

Le_Prince_Igor_Borodine_profLe_Prince_Igor_Borodine_2_prof

Le_Prince_Igor_Borodine__l_veLe_Prince_Igor_Borodine_2__l_ve

A noter que l’on retrouve La mélodie des danses Polovtsiennes dans la comédie musicale Kismet de Robert Wright et Georges Forrest (1953). Il s’agit d’une reprise du thème de la danse des femmes dans la chanson Stranger in Paradise, ici interprétée par Sarah Brightman :

Voici le texte :

Take my hand
I'm a stranger in paradise
All lost in a wonderland
A stranger in paradise
If I stand starry-eyed
There's a danger in paradise
For mortals who stand
beside an angel like you
I saw your face ascending
Out of the commonplace
and into the rare
As somewhere out in space
I hang suspended
Until I'm certain
that there's a chance
that you care
Won't you answer
the fervent prayer
Of a stranger in paradise
Don't send me in dark despair
From all that I hunger for
But open your angel's arms
To this stranger in paradise
And tell him that he need be
A stranger no more (repeat all of song song)
A stranger no more

Et qui c’est qui m’empêche de leur faire chanter, hein? Qui ? :)

Pour terminer cette séquence, un contrôle des connaissances acquises au cours de la séquence qui consistera à décrire la scène visionnée, les costumes, le rapport entre la musique et la danse et à faire une comparaison des deux à l’écrit.

Fiche de présentation de cette séquence

fiche_pr_sentation_s_q_III_5_mes

et la fiche auto-évaluation

fiche_auto__valuation