cl__de_sol_gifLenin_and_stalin

A l'origine de cette séquence, j'ai d'abord saisi l'occasion d'organiser une sortie à la Cité de la Musique pour aller voir l'exposition "Lénine, Staline et la musique" avec tous mes 3èmes. J'y ai associé les professeurs d'Histoire qui étaient plus ou moins en cours de séquence à ce sujet, dans le cadre de la préparation de l'épreuve d'Histoire des arts au brevet. Nous y avons vu de nombreuses oeuvres d'art (peintures, sculptures), des partitions et des extraits de films, de documentaires, des photos, des affiches...
Les conférenciers nous ont aussi fait entendre des oeuvres musicales de Lourié, Chostakovitch, Prokofiev, Mossolov, et l'internationale ainsi que la Marseillaise en russe. Les oeuvres ont été replacées dans leur contexte et dans la chronologie, ce qui a par ailleurs permis aux élèves de constater qu'ils avaient déjà des connaissances et pouvaient participer activement et répondre aux questions. Au 1er étage, ils ont pu aussi approcher le theremin, instrument inventé par Lev Sergeïevitch Termen.
Les élèves doivent rédiger un compte-rendu de la sortie avant les vacances de Noël.
Nous avons commencé cette séquence juste après la visite, dont la problématique est :

COMMENT SURVIVRE EN TANT QU’ARTISTE DANS UN REGIME TOTALITAIRE?

Entre musiques d'avant-garde et oeuvres destinées à la propagande, oeuvres récupérées ou censuréespar le pouvoir, nous étudierons quelques-unes d'entre celles qui se situent au coeur du contexte de la Russie soviétique ainsi que des deux guerres mondiales du XXe siècle.

1259858230_heres_to_you_joan_baeze_morricone_sacco_vanze_L_1Projet Musical
: Here's to you, la ballade de Sacco et Vanzetti d' Ennio Morricone. Cette chanson est  issue de la bande son d'un film de Montaldo qui date des années 70 et qui est reliée à un contexte social et économique particulier. Les deux hommes étaient des anarchistes italiens travaillant aux Etats-Unis, parlant mal la langue qui ont été accusés d'un meurtre qu'ils n'avaient pas commis et exécutés malgré des témoignages contradictoires et une mobilisation internationale importante. Ils furent réhabilités beaucoup plus tard.
Notre projet est d'interpréter la chanson dont le texte très court (4 lignes) se répète une dizaine de fois, en créant une progression par accumulation de couches sonores (2e voix,contrechant aux carillons, à la flûte), en énonçant alternativement le texte en fredonnant, en chantant les paroles en anglais ou en français, en faisant des vocalises, etc. Des interventions improvisées sont également possibles à la manière d'un Gospel, et des frappes de mains sur les contretemps. Nous essaierons en outre de réaliser une dynamique selon un  crescendo progressif au fur et à mesure des variations jusqu'à la fin de la chanson.

Un arrangement très bien conçu de Laurent Labiausse peut être trouvé sur l'Internet.
logoPDF_petit

 

Ici la version de Joan Baez.

La version des Enfoirés sur ce lien
Here_s_to_you__marche_de_sacco___vanzetti_

 

haut_parleur_gif Chostakovitch_TimeEcoutes :Notre écoute principale se concentre autour du premier mouvement de  la 7ème Symphonie op 60 (1941) de Dimitri Chostakovitch (Russie, 1906-1975 - XXe siècle), mais particulièrement sur le thème de Marche qui sera répété 12 fois et subira des variations et transformations successives.
Nous nous intéresserons principalement au travail sur les timbres, l'utilisation des masses sonores et la forme, ici une série de variations sur un thème dans une forme sonate, dans un 1er mouvement très long qui est une sorte de poème symphonique à lui seul. Chostakovitch y décrit musicalement l'arrivée des allemands sur la ville de Leningrad, dont le siège dura 900 jours.
Le thème, une marche volontairement caricaturale et pompeuse, est divisé en 3 phrases énoncées successivements par tous les pupitres, avec une transition aux cordes pizzicato entre chacune des expositions successives. Un ostinato de la caisse claire sera présent et enflera tout au long de cette séquence.
Le tout démarre pianissimo pour terminer dans un fracas sonore terrifiant empli de dissonances. Chostakovitch suggère dans ses écrits que le thème, s'il pourrait être associé à l'invasion allemande, pourrait aussi représenter l'invasion de l'intérieur par Staline lui-même. La symphonie a d'ailleurs été composée avant ces événements, en 1941. La représentation du compositeur sur la couverture du Times montre le compositeur en pompier volontaire, préposé aux départs d'incendie dans la ville assiégée. Cependant dès le début des hostilités, les artistes furent soigneusement mis à l'abri du danger par le pouvoir.
Ma collègue du Giptic Histoire et Géographie, Nathalie Rodallec, m'a fait découvrir la BD Lutte Majeure de Ceka et Boris. Il faudra que je voie si la documentaliste pourrait acquérir ce livre.

symphonie_Leningrad_Chostakovitchsymphonie_Leningrad_Chostakovitch_2_profsymphonie_Leningrad_Chostakovitch_2__l_ve

mossolovPar opposition, nous écouterons à nouveau la pièce Fonderie d'Acier op.19 d'Alexander Mossolov (1900-1973) , entendue lors de l'exposition. L'oeuvre a été composée entre 1926 et 1928 pour le ballet Stahl, elle représente l'avant-garde soviétique des années 20, avant la censure qui s'abattit sur les artistes. Mossolov est l'équivalent en musique de ce que Fernand Léger fut à la peinture (nous en avons déjà parlé en début d'année avec le Ballet Mécanique d'Antheil), cherchant à traduire en musique le mouvement du machinisme et de l'industrialisme. L’œuvre ressemble à la pièce d'Arthur Honegger, "Pacific 231". Accusé de formalisme, il est tombé en disgrâce sous le règne de Staline dans les années 1930 et a été exclu de l'Union des compositeurs soviétiques en 1936.

Nous reverrons des extraits d'oeuvres avant-gardistes de Chostakovitch, l'opéra Le Nez d'après une pièce de Gogol de 1835 (une pièce fantastique, satirique et profondément sociale) qui fut censurée. Dans cette oeuvre, nous entendons un solo de percussions époustouflant qui constitue un interlude entre deux scènes du 2e acte, et la conférencière a souligné que c'était la première fois qu'un tel solo avait été inclus dans un opéra. On peut en écouter un extrait ici.

Voici un extrait de l'opéra.

Je traiterai probablement un de ces jours du ballet du même auteur intitulé Le boulon dont nous avons vu un extrait que l'on peut trouver sur youtube (c'est merveilleux le net quand même..)

Nous tenterons de définir le terme de formalisme dont les oeuvres des compositeurs Russes furent si souvent taxées à cette époque. J'avais trouvé ces notes sur l'internet à ce sujet.

Les dictionnaires soviétiques qui introduisirent une définition de ce mot dans leur vocabulaire parlèrent du «culte de l'atonalité et de la dissonance», de «l'adoption de combinaisons confuses, neuro-pathologiques qui transforment la musique en cacophonie, en agglomérations chaotiques de sons». D'autres y rattachèrent l'abus de compositions sans texte ou sujet concret, ce qui rappelait le commentaire ironique que Chostakovitch avait fait treize ans auparavant : «Ajoutez un texte, votre musique a du contenu, ôtez le texte, elle est formaliste.» Plus pragmatique, Prokofiev disait : «Est formaliste toute musique que le peuple ne comprend pas à la première audition.» Finalement le mot «formaliste» vint s'ajouter à ceux de «décadent», «moderniste», « bourgeois», «antipopulaire» dans la panoplie de la délation, une des vertus principales de la nouvelle morale socialiste.

170px_Prokofiev_by_matisse_1928Notre 2ème écoute portera sur la Bataille de la Glace, extraite de la bande originale du film d'Eisenstein, Alexandre Nevski (1938) composée par Serge Prokofiev (1891-1953). Alexandre Nevski est un film de propagande, un message d’avertissement à Hitler et à l’Allemagne Nazie, qui dresse un parallèle entre les teutons du XIIIe siècle et le IIIe Reich. Le Parti chargea Eisenstein de réaliser un grand film épique afin de mobiliser le peuple pour la défense de l’Union Soviétique.
Nous comparerons les deux oeuvres, destinées l'une comme l'autre à opposer les camps russe et allemand sur fond de guerre mondiale en faisant un tableau des ressemblances et différences et en rédigeant un résumé. Dans ce film la musique a été composée au plus près de l'image, Prokofiev modifiant parfois sa partition au fur et à mesure des journées de tournage auxquelles il assistait. Le film fut retiré des écrans en 1941 après l'opération Barbarossa.
Nous écouterons les thèmes représentant les camps adverses, leur exposition et leur superposition, à travers les masses orchestrales, les contrastes dynamiques, les variations cette fois du tempo, et l'intervention des bruitages dans la musique du film.
Deux liens intéressants vers l'analyse sur  wikipedia. Celui-ci et celui-là.

Le début de la scène à 0h53'19" avec le thème des croisés teutons; le thème populaire russe à 1h02'26"" ; Instruments traditionnels mais musique enregistrée à 1h07'30"; Le combat des deux chefs à 1h13'15", et la mélodie russe aux violons à 1h20'55".. 

Alexandre_Nevski_prokofiev_profAlexandre_Nevski_prokofiev_2_profAlexandre_Nevski_prokofiev_2__l_veComparaison_Chostakovitch_Prokofiev

Un petit lexique pour fixer le vocabulaire : Lexique

Enfin nous réécouterons rapidement des oeuvres entendues à la Cité de la Musique, pour pouvoir réaliser le contrôle final.
- Le Ballet Le Pas d’acier (L’usine) de Prokofiev (avant-garde, Ballets Russes, influence du courant constructiviste).

avraamov- La Symphonie des sirènes d’Arseni Avraamov , qui représente le courant machiniste également), créations du théâtre projectionniste et du théâtre Proletkult d’Eisenstein. 

Elle est entrée dans la légende en 1922, lorsque des moteurs des hydravions, des sirènes des usines, des fabriques, des bateaux et des locomotives ont formé un immense orchestre à l’échelle d’une ville, celle de Bakou. Deux batteries d’artillerie remplacent les percussions, les canons font office de caisses claires. Le chef d’orchestre se tient sur une plate-forme et dirige à l’aide de grands drapeaux de couleur. Une machine est spécialement construite pour l’occasion, dotée de 50 sifflets de locomotives et manipulée par une foule de musiciens qui suivent des partitions spéciales, les "texto-notes". Pour écouter c'est ici.
- L'internationale dans deux ou trois versions qui peuvent être écoutées ici. Les tablatures et partitions sont ici. Dans la mesure où elle a été écoutée en Histoire, nous pourrions la chanter pour en mémoriser la mélodie.

L_internationale

Plusieurs types de recherches seront proposées aux élèves qui voudraient
présenter cette oeuvre pour l'épreuve d'Histoire des arts.

A l'issue de la séquence, les élèves résoudront un quizz et des devinettes musicales
pour la mémorisation des oeuvres et de leurs compositeurs respectifs.

Cliquez sur les icônes pour consulter le quizz, le contrôle (connaissance des oeuvres),
la fiche de présentation, le déroulement de la séquence, la fiche d'auto-évaluation.

logoPDF_petit

logoPDF_petit

 

logoPDF_petit

logoPDF_petit

logoPDF_petit

La programmation musicale de cette exposition.
Un magnifique article sur l'exposition sur qobuz.com