cl__de_sol_gifChant: "Assise" de Camille, chanteuse française dont j'ai déjà parlé et que je trouve très originale. En étant très gentille, peut-être arriverai-je à faire faire les percussions et bruits associés, mais je n'en donnerai pas ma main à couper. En tout cas, passé le premier instant de surprise, ils ont aimé.

troubadourFlûte: "Tant que Vivrai", sur la chanson de Claudin de Sermisy. La chanson est accompagnée au Luth. Nous travaillons les doigtés difficiles de Fa et Si bémol (la fameuse double fourche), et ma foi ça se passe bien. Il faut juste un peu de méthode. Cette pièce est très jolie et pas trop rapide. Il y a une vocalise sur 4 notes descendantes que nous avons travaillée en ajoutant une note de plus à chaque fois. 

luth

Nous avons écouté la chanson de Claudin de Sermisy composée sur le texte de Clément Marot (poète de la cour du Roi de France, 1496-1544), interprétée par un choeur mixte a cappella. La chanson est d'écriture verticale, sur un ambitus de sixte, en français, l' écriture est syllabique, la soprano conduit la mélodie. J'attirerai l'attention des élèves sur l'invention de l'imprimerie, qui va permettre la diffusion des chansons. En examinant le texte, nous observerons que le passage "Dieu puissant" a été changé en "Roi puissant" (indique une version huguenote de la partition, les huguenots étant des protestants français d'obédience calvinistes). Ce qui nous amènera à évoquer les guerres de religion, brièvement bien entendu, pour se situer dans l'époque.

Je vais essayer de faire chanter ce chant aux élèves, la soprano étant confiée à la partie supérieure au départ. Les élèves chanteront la partie d'alto. Ensuite on verra bien si l'on arrive à chanter les deux parties ensemble. Nous reviendrons ensuite vers la pièce interprétée à la flûte pour comparer l'interprétation. Le luth se charge des 3 autres voix sous la soprano. C'est ce que l'on appelle la Mélodie accompagnée, procédé qui permettra plus tard la naissance de l'Opéra. Nous comparerons aussi le Luth à la guitare (forme, son, nombre de cordes, etc) et l'ornementation qu'il ajoute par rapport à la partie accompagnée dans le chant.

haut_parleur_gifEcoutes: Nous allons déterminer les différents types de musiciens qui existent entre le XIIe et le XVIe siècle. Nous détaillerons le rôle, l'origine et les talents respectifs des Jongleurs, Goliards, Ménestrels, Troubadours et Trouvères. Nous découvrirons les instruments utilisés (ils sont au mur de notre classe, ce qui est bien pratique...). Le Luth, la Harpe, la Vielle à Roue, la Vièle à archet, le Tambourin, etc...Nous apprendrons ce que sont les chansons de geste, les chansons d'amour courtois, etc...

32_2520vielle_25201996

Nous allons écouter une chanson de Troubadour: "Pos de Chantar" de Guillaume d'Aquitaine (7e comte de Poitiers) qui est le premier troubadour connu et le précurseur du genre "l'amour courtois". Cette chanson est un "adieu au monde" en langue d'oc, écrite pour le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Puis une chanson de Trouvère: "Puisque la fleur novele" de Gautier de Coincy, accopagnée par un petit orgue. Ensuite nous écouterons deux danses du Moyen Age, "Estampie" et "Ungaresca" (anonymes), que nous analyserons.

Ce n'est pas celle-ci que nous écouterons, mais cela nous permet de voir les instruments anciens, dont un orgue, une flûte à bec basse, une vièle, un tambourin, et une guiterne.

Estampie par The Renaissance Players (Sydney, Australia) Direction: Winsome Evans